Accueil
Actualités
Rétro 70
Historique
Témoignages
Micro-informatique
Epoque des pionniers

Le monde du micro
Collection personnelle
En savoir plus
L'auteur


Début d'une passion

Je me souviens encore du temps d’arrêt que j’ai en cette année 1983 (j’avais treize ans) devant cette publicité fascinante trouvée dans la presse : un vrai ordinateur, pour « seulement » 590 francs.

Un clavier (sensitif), des instructions en basic, une sortie télé, bref un vrai ordinateur. C’était inespéré, le rêve le plus fou. Cette machine « de rêve », c’était le fameux et célébrissime ZX81 du Sir SINCLAIR, un britannique qui allait devenir célèbre (le bienfaiteur des informaticiens en herbe de l’époque – un saint !).


Ses caractéristiques passeraient aujourd’hui pour une mauvaise blague :

  • un seul et tout petit kilo octet de mémoire vive (à ne pas confondre avec le méga octet = 1000 kilo octets, ni le giga octet = 1 000 000 de kilo octets),
  • sortie noir et blanc sur le téléviseur familial,
  • fréquence de 3.5 Mhz (à comparer aux Giga Hertz actuels),
  • plusieurs instructions de basic intégré dans la ROM,
  • pas de mémoire de masse (il fallait au mieux utiliser un lecteur de cassettes audio traditionnel qui fonctionnait une fois sur deux),
  • pas de sortie son, évidemment, évidemment...


Avec mes économies, je pouvais me le payer.

Le financement était une chose, mais décider les parents à me donner l’autorisation en était une autre. J’avais une dizaine d’années, et mon excitation démesurée combinée au fait que, pour le commun des mortels, un ordinateur à la maison, ça ne servait à rien (ce qui n’était pas faux à cette époque) me mit quelques bâtons dans les roues. Finalement, l’autorisation finit par tomber : mes parents s’en félicitent encore.

Je fus alors l’un des bienheureux possesseurs de cette machine révolutionnaire, qui n’offrait que quelques instructions de basic, sur un kilo octet que je ne pouvais pas encore sauvegarder. C’était le début d’une grande aventure que beaucoup d’informaticiens âgés de plus de 30 ans ont certainement connu.


Les pionniers avaient du mérite !
Je suis rapidement arrivé à la limite du seul kilo octet que me proposait mon vénérable ZX 81. Une extension de 16 kilo octets (qui coûtait horriblement chère) était disponible. J’allai donc, avec mon père, en acheter une au seul magasin de la ville.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le vendeur ne poussait pas à la vente. Il tentait d’expliquer à mon père (qui n’y connaissait strictement rien), que « 16 ko, c’est vraiment énorme : il n’arrivera jamais à les remplir ». Visiblement, j'en connaissais déjà plus que le vendeur, parce que j'avais déjà de grandes idées pour les remplir !

Dans le même style, quelqu’un n’avait-il pas dit, lors d’une conférence de presse que « 640 ko de mémoire vive était un seuil important qu’il n’est pas nécessaire de franchir. Que pourrait-on faire de plus de mémoire vive ? ». C’était Bill Gates, à l’époque des premières versions de Windows.

La sauvegarde des programmes sur magnétophone cassette posait aussi quelques soucis. J’ai le souvenir cuisant de mon ZX81 branché sur le magnétophone cassette de ma mère (un modèle des années 60). La sauvegarde de mes 10 Ko octets de programme prenait un temps infini, quand cela fonctionnait… La plupart du temps, la sauvegarde échouait en fin de traitement, … ce qui me faisait perdre ma précieuse réalisation.

Nous méritons des médailles...



Par Christophe COUPEZ
cliquez ici pour en savoir plus












L'histoire de la micro-informatique, des première années des pionniers de l'informatique moderne.