Accueil
Actualités
Rétro 70
Historique
Témoignages
Micro-informatique
Epoque des pionniers
Le monde du micro
Collection personnelle
En savoir plus
L'auteur


Actualités

La vision de l'information de 2010 vue en 1984

Ce week-end du 11 novembre, de visite chez des amis, j'ai le plaisir de recevoir un beau cadeau : un livre publié en 1984, il y a 30 ans, intitulé "Notre ami, l'ordinateur" écrit par un certain Nico Baaijens (que je ne connais pas) et édité en Belgique.

Il s'agit d'un livre de découverte & de vulgarisation de l'informatique, et surtout de la micro informatique. C'est le père d'une amie qui l'avait acheté en 1984 ; l'ouvrage vient d'être retrouvé dans le grenier familial trente ans plus tard.

Problème : je n'ai pas pu résister à me plonger immédiatement dans les pages de cet ouvrage très documenté, qui aborde tous les sujets de l'informatique, depuis sa toute jeune histoire, en passant par les langages de programmation (le Basic principalement), les possibilités des machines, les mémoires, etc.

Mais c'est un chapitre, en fin du livre, qui a focalisé toute mon attention. Il s'intitule "Vue sur l'avenir", et permet à l'auteur de décrire comment il imagine l'informatique en 2010. A ce moment là, j'ai lu certains passages à mes amis, et tout le monde a été plutôt stupéfait par ce qu'ils entendaient... En voici quelques extraits...

La vue d'avenir

J'adore cette introduction dans le texte de l'auteur, où il place sa vision en 2010. A l'époque, parler déjà de l'an 2000 c'était parler d'un avenir très très très lointain. Pourquoi avoir placé sa vision en 2010 ? Hasard, ou réelle vision, l'iPad 1 a été présenté par Steve Jobs en janvier 2010 !

Comment vivrons nous et travaillerons-nous en 2010 ? Comment sera notre salle de séjour ? Y aura-t-il la même différence qu'entre la salle de séjour d'aujourd'hui ou celle d'il y a 30 ans ? Ou la différence sera-t-elle plus grande encore ? Aujourd'hui, nous avons des téléphones, des radios "hifi", des tournes-disques, des enregistreurs à cassettes, des postes de télévision, le télétexte et même parfois Viewdata. L'écran couleur de la télévision sert souvent de moniteur d'un ordinateur de loisir ou domestique.

Il y a trente ans tout cela n'était pas pensable. Dans trente ans par contre, l'infrastructure électronique, aura à nouveau fait un sérieux progrès. La société y sera habituée et nous trouverons normal de pouvoir parler à notre ordinateur domestique. Celui-ci d'ailleurs sera devenu un outil vulgarisé, accepté, et même indispensable dans cette société d'information du futur. Aussi indispensable que la voiture dans la société contemporaine de transport.

L'ordinateur va se muer en machine amicale à l'usage qui, sans casse-tête, pourra déjà faire du travail utile. Il occupera une place centrale dans la famille, à l'entrée et à la sortie de l'infrastructure électronique.

La vision d'internet

Concernant Internet et ses usages, l'auteur a déjà quelques idées qui s'avèrent aujourd'hui particulièrement fondées, même si les mots utilisés nous sembleraient aujourd'hui mal trouvés :

Dans l'avenir de la société de communication et d'information les systèmes experts seront à la disposition du grand public. Quand tout le monde disposera d'un ordinateur domestique facile à utiliser et pourra se connecter avec d'autres à travers le monde au moyen de fibres de verre, d'émetteurs de rayons et de satellites de communication, on pourra obtenir la réponse à toutes nos questions à partir de différents systèmes experts.

On pourra imaginer une banque publique d'information. Prenons quelqu'un qui, pour une composition ou une thèse de doctorat voudrait en savoir plus sur une secte religieuse des Indes ou sur un livre qui a été écrit quelque part en Australie. Dès que l'ordinateur aura compris la question, il pourra lui faire parvenir l'information à partir d'un banque de connaissances. Cette informatique ne se trouvera probablement pas dans sa propre mémoire, mais en passant par le réseau mondial, il pourra retrouver l'autre ordinateur qui en dispose bien.

De cette façon, toute l'information, dans cette société de communication et d'information, sera à la disposition de tout le monde. Elle pourra traverser librement les frontières. Pour arriver à cette image du futur, un tel réseau mondial est indispensable. En plus il faut que ce réseau puisse transporter d'autres formes d'informations que des textes : le mot parlé, la musique, les images vidéo, les programmes d'ordinateur, etc...

La mutation de la presse écrit 

L'auteur annonce de façon vraiment bluffante la mutation de la presse écrite, qui ne s'est vraiment réalisée qu'il y a quelques années, avec l'arrivée de la tablette. Dans son texte, tout est écrit :

Les journaux et revues continueront d'exister mais ne seront plus imprimés sur papier, ni vendus aux kiosques ou dans les magasins. Le contenu des journaux et des revues nous parviendra constamment, sous forme de flots de données rapides, par des canaux en fibres de verre. Le journal n'apparaîtra pas une seule fois par jour, mais constamment.

La vision de la tablette avant l'heure, et la Wifi

Le passage ci-dessous m'a le plus impressionné, car non seulement la notion de tablette y est parfaitement décrite, mais le vocabulaire employé (tablette) est tout à fait correct. Notons au passage la description de l'ancêtre de la Wifi, connexion sans fil.

Il [Le journal du jour] sera lu sur une espèce de tablette-vidéo, constituée d'une petite boîte oblongue et aplatie, grande comme un livre, avec d'un côté un grand écran. Des caractères, des photos et même des images-vidéo mouvantes, seront rendus visibles à la tablette au moyen de cristaux liquides.

Le signal nous parviendra par la fibre de verre. Il sera ensuite traité par l'ordinateur domestique, ou stocké et envoyé sur commande vers la tablette de lecture sous forme de rayons infra rouges. Un raccord physique entre la tablette et l'ordinateur n'est même pas nécessaire.

La tablette vidéo deviendra un élément indispensable pour l'homme futur. Il pourra y lire et y voir tout ce qui se passe dans le monde. Non seulement le journal, aussi des livres, des revues et des brochures.

Le télé travail  

Il n'a pas échappé à l'auteur que l'informatique allait permettre une nouvelle forme de travail : le télé travail. Non seulement, il avance les bons arguments pour les avantages, mais énoncent également les risques et bonnes pratiques.

Le début de cette évolution du "travail à domicile" dans une société de communication et d'information est déjà visible en Europe et aux Etats-Unis. On les appelle les "télécommuteurs" ou "télébanlieusards". (...) Avec leurs ordinateurs individuels ou leurs terminaux, ils peuvent travailler aussi bien chez eux qu'au bureau central. Dans la communication par ordinateur, la notion de "distance"  a perdu toute sa valeur.

En Europe et aux Etats Unis, les expériences de "télébanlieusard" sont très bonnes. Il y a plus d'avantages que d'inconvénients. D'abord les avantages ; les télébanlieusards ne perdent plus un temps précieux dans leurs voitures et les embouteillages (...). Ils n'ont plus de problème de parking (...) ils peuvent choisir leurs horaires de travail (...)

Mais comme nous l'avons dit, il y a le revers de la médaille de cette nouvelle manière de travailler. Les gens qui travaillent chez eux, perdront tout contact avec leurs collègues. En pratique on commence à voir la bonne habitude de réunir régulièrement les télébanlieusards au bureau central pour des discussions et des évaluations d'activités.

 Pour lire vous mêmes ces dernières pages de la vision
d'avenir donnée par l'auteur,
cliquez-ici pour télécharger un extrait du livre.

 



Date de publication : 11/11/2013
  


Par Christophe COUPEZ
cliquez ici pour en savoir plus












L'histoire de la micro-informatique, des première années des pionniers de l'informatique moderne.